samedi 21 septembre 2019

De la joie...

Happiness - Edition limitée

Sébastien Schuller : Happiness (2006)

Qu'est-ce qui fait qu'à un moment l'écoute d'un disque s'impose à vous alors que ça fait des années qu'il dort sur les étagères et que tout d'un coup, il n'y a plus que lui?
C'est ce qui m'arrive avec cet album qui squatte la platine et dont j'avais oublié la beauté... en réalité je ne l'ai jamais vraiment écouté, me contentant des deux singles qui eurent leur petit succès il y a bien longtemps maintenant... Et finalement, ce qu'il y a de bien avec les petits trésors cachés dans nos discothèques, c'est qu'on a l'impression de faire de belles (re) découvertes de temps en temps...

Dans le genre chanson mâtinée de pop électronique, ce premier album fut une belle surprise, plein de petites mélodies nostalgiques entre acoustique et electro donc... Plutôt axé sur le piano et les claviers, Sébastien Schuller a su donner à l'ensemble un côté atmosphérique, comme sur l'inaugural ''1978''...
Et il y a ce superbe titre, ''Weeping willow'', devenu un classique, chez moi tout du moins... et qui possède toujours autant de charme...



8 commentaires:

  1. Est-ce que sa voix n'est pas un peu irritante à la longue ?
    8—°

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je n'en ai pas parlé, une voix un peu aiguë, il y a quelques titres instrumentaux aussi 😀

      Supprimer
  2. j'ai énormément écouté cet album dès sa découverte, je vais le ressortir.
    thx

    RépondreSupprimer
  3. Eh, j'avais pas vu ton billet..
    Ce disque est un grand classique chez moi.. je les écouté des 10 ène de fois. Une mélancolie formidable, moi j'adore sa voix qui tremblotte dans l'émotion, vibrations chagrines.. et les mélodies.... Tellement haut cet album que j'avais été déçu par le suivant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non j'ai redécouvert le 2e aussi et je t'assure qu'il est aussi super beau même si moins évident peut-être à la 1ere ecoute...☺

      Supprimer
  4. Ayé, je pensais l'avoir écouté, mais en fait non, la pochette s'était imprimé en mémoire sans que je sache pourquoi. J'ai ressorti mon MAGIC de février 2005. Il n'y a pas à dire, "nous" sommes costauds pour ces musiques qui lorgnent vers le cinéma, "Le Dernier jour" est superbe, à ranger à côté des "anciens" comme Alain Goraguer et sa planète sauvage. Bon, mes ballades chez les copains du Web ont été bien fructueux. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ! Tu étais passé à côté?!😃 ce manque est réparé, ouf 😉

      Supprimer