vendredi 29 mai 2015

Grand soleil ...

Chassol: Big Sun (2015)

Sans nul doute la découverte la plus bizarre de cette année ... quatrième album d'un artiste que je découvre et qui verse dans l'instrumental, parfois proche d'un certain easy-listening pratiqué chez Tricatel, maison de disque de Chassol justement...

Sa musique au piano se mêle à des voix et sons collectés dans la vie quotidienne, ici surtout des chants d'oiseaux et ambiances de Martinique. Rajoutés à son groove, qui m'évoque parfois une certaine French Touch également, l'ensemble est très surprenant et très beau... les mélodies sont évidentes, d'où le côté easy mais pas simplistes, pour un résultat vraiment réussi ... c'est un disque vers lequel je reviens souvent pour essayer d'en percer le mystère ...

Ce disque me permet de (re)prendre des nouvelles d'un label longtemps déserté et de constater qu'il est toujours synonyme de qualité ...




12 commentaires:

  1. Tricatel est une mine de par ici.. que du bon, des pépites, un esprit et une politique. Burgalat se bat comme un diable pour garder la boutique au aguets. Génial 2ème album de Chassol, pourtant, j'ai vraiment eu du mal à franchir la pochette..

    RépondreSupprimer
  2. Cool, depuis le temps que je lisais ça et là des trucs sur Chassol, je vais enfin le découvrir.
    "...la découverte la plus bizarre de l'année.." Le peu que j'ai écouté, je confirme. Ce mélange de collage sonores, de voix, de mélodies léchées, de rythmiques jazzy...procure une grande sensation d'étrangeté. Un véritable O.V.N.I musical !!
    Par contre, Charlu a raison : la pochette, quel mauvais goût quand même. A tel point que, sans nom ni référence, j'aurais passé ma route. Pire pochette 2015 ??
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes Franky ..la pire.. du coup t'es obligé de faire un billet les pires 2015 OU 14 :D
      Le disque est super, il est fou de faire une pochette pareille.. à croire qu'il croit aussi que les gens n'achètent pus de disque...

      Supprimer
    2. La pochette ne donne pas forcément envie d'aller voir au-delà mais ce serait dommage... et Charlu, tu es sûr qu'il y a des gens qui achètent encore des disques?!!! :D
      Et je crois que c'est son 4e album en fait...;)

      Supprimer
    3. Viii, j'achète encore plein de disques..:(.....ils auront ma peau... Tte façon dès que je vois tricatel, je balance ds le panier mais pas virtuel.

      Merdouille j'en connais que 2. Vais fouiller ;D

      Supprimer
    4. Je m'en doutais Charlu...moi je ne peux pas en acheter plein mais quand j'arrive à m'en offrir quelques-uns, ça reste un de mes plus grands (petits) plaisirs...:)

      Supprimer
  3. De mon point de vue, le mystère est facile à percer puisqu'il s'agit plus ou moins d'improvisations devant des images projetés avec du son comme tu peux le constater sur Arte http://concert.arte.tv/fr/chassol-presente-big-sun-la-villette-sonique.
    Je trouve pour ma part que cela fonctionne bien mais j'ai un peu de mal à y revenir souvent. Je préfère celui-ci au précédent. Il me semble que la pochette est volontairement repoussante dans une sorte d'esthétique anti-pop... une façon de dire que si vous allez au delà de la pochette vous serez peut-être récompensé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'irai voir les images alors, j'avais du lire quelque chose à ce sujet mais pour moi, la musique se suffit à elle-même...
      Je ne connais pas ses disques précédents, je viens juste de le découvrir en fait...

      Supprimer
    2. Oui oui la musique se suffit à elle-même mais je pense que dans la manière dont le disque a été fait la bande son qui accompagne les images est à la source de l'inspiration de Chassol ce qui explique le côté collage et le côté décontracté (ou easy listening) du disque. Si les fields recording avaient été rajouté après, le disque serait totalement différent. Je préfère écouter le disque sans les images mais je comprends mieux avec les images comment ça marche.

      Supprimer
  4. je sors de l'écoute de l'album...
    entre ta présentation, les commentaires et les explications du concept le mystère n'est pas pour autant percé, mais la brume semble moins épaisse.
    je l'ai écouté hier soir sur la route, de retour...
    j'ai bien failli ne pas dépasser le premier chant d'oiseaux, je ne me laisse plus embarquer dans l'apparent foutage de gueule..., mais comme j'abordais la section virageuse sans aire de parking j'ai décidé d'écouter plus loin...
    étrange sensation tout de même que de se dire qu'aujourd'hui on ose encore sortir des trucs pareils, les produire et investir dedans - n'y voyez pas là un commentaire de mauvais augure, bien au contraire...
    je trouve en fait énormément enthousiasmant que l'on puisse encore (argument image, ou peu importe, en fait et même avec la pire pochette du monde) oser sortir, publier, produire de tels - non joyaux, je n'irais pas jusque là... - mais espaces créatifs.
    en fait rien que cette idée m'a fait entrer d'avantage dans ces agencements pianistiques déjantés mais finalement convenus, dans ces voix/sons couplées aux mélodies minimalistes, dans ces patterns drums/bass basiques mais porteurs, dans ces ambiances sonores de collages enfantins...
    rien de musicalement si innovant, mais pourtant un tout particulièrement captivant au bout du compte.
    comme si l'axe était autre, que l'on comprenait (et connaissait ) les techniques de réalisation de tels produits éprouvette tout en restant capté, rêveur (je n'ai pas dit admiratif) face à l'univers en résultant.
    le beau jouet que protools (ou autre cubase-prologic, etc...) tout de même...
    bien étrange, paradoxe que de repérer le convenu, le finalement normatif présenté autre et y trouver une nouvelle dimension, une nouvelle distance - mais le principal reste que ça fonctionne, ça décolle, ça irrite parfois, on a envie de zapper, mais finalement comme c'est un tout, l'idéal est de laisser l'objet sonore avancer de son état de bric à brac, comme une sorte de brocante de studio...
    c'est foutraque, y'en a de partout, ça semble le bordel mais c'est rangé, organisé et agencé... par l'exposant, seul réel dépositaire de l'agencement de l'ensemble.

    bon, j'ai aimé, peut être, ça m'a interpellé, c'est sur, je vais ré écouter c'est impératif, je vais m'en servir comme argumentaire pédagogique, là c'est certain...
    vu que sb donne des pistes arte permettant d'y voir plus clair je vais tenter l'affaire.
    merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc finalement tu as aimé? Tu penses que c'est facile comme musique? Je ne sais pas, je ne me rends pas compte, il y a quelques morceaux que j'ai vraiment adorés sur ce disque et comme je ne connais pas les logiciels que tu cites je ne peux juger..disons que je me suis fait avoir par la musique sans réfléchir....et c'est vrai qu'il n'y a rien d'innovant mais juste un peu d'originalité dans l'agencement je trouve... merci de ton avis toujours précieux...

      Supprimer
    2. oui j'ai aimé, j'ai même envoyé le lien à mon collègue prof de MAO afin d'inspiration pédagogique car il y a là autre chose avec "peu de choses"...
      et ça, c'est peut être en ces temps ... la clé de l'innovation...
      ici, je trouve toujours de quoi satisfaire ma soif d'écoutes, d'idées et de matière au delà du seul et simple plaisir de l'écoute musicale...
      donc ce fil est vachement important à mon sens.
      merci - continues ainsi...

      Supprimer