lundi 10 novembre 2014

Par amour ...


Chromatics: Kill For Love (2012)

Ne pas se fier à la pochette, ceci n'est pas un disque de rock ... même s'il comporte une magnifique version d' "Into the black" de Neil Young qui m'a longtemps fait m'arrêter sur ce premier morceau... mais le reste vaut d'être écouté pour qui aime ces continuelles références aux années 80....

Alternance de voix masculine et féminine, cette "dream pop" au rythme ralenti, très romantique donc très triste aussi sort quelquefois les guitares tout de même sur des morceaux rappelant les Cocteau Twins pour ce son si vaporeux....

L'album est de plus en plus planant au fur et à mesure des pistes et nous emporte dans son monde, qui m'évoque ces teenage movies où errent d'éternels ados coincés dans une époque qui n'est pas pour eux...

LE morceau est au début et pour le reste c'est danser seul sur la piste, au ralenti...



11 commentaires:

  1. Tiens, voilà qui pourrait débuter mon prochain "Tribute to the cover!" Volume 14!

    RépondreSupprimer
  2. Superbe reprise du grand Neil Young. Inspiré, envoûtant et énigmatique, ce "Into the Black" est sublimé par la voix ô combien céleste.
    Le reste est plutôt bon, entre Synth-pop éthérée et Dream pop électronic, alternant balades mélancoliques et morceaux "dance floor opiacés" !!
    Comme tu le dis si bien, des titres pour "..danser seul sur la piste, au ralenti.." !!!
    Seul petit bémol, la longueur peut être un poil trop excessive. Mais un album ultra envoûtant, mélodique et atmosphérique !!!
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La longueur est ce qui m'a longtemps empêché de rentrer dedans... mais finalement il est très bien...;)

      Supprimer
  3. Je vais revenir à toute ces évocations, mais mes synapses (je frime car je ne sais pas bien ce que Synapses signifie) m'ont de suite relié la pochette à McCartney, sans que je fasse d'effort. incroyable. (Tripping the Live Fantastic)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, la longueur est le seul reproche que je ferais à cet opus.
    J'en avais beaucoup entendu parler à l'époque sans m'y arrêter.
    C'est chose faite grâce à ton article, et tu as bien fait. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi et j'ai mis du temps à m'y intéresser mais finalement...;)

      Supprimer
  5. Ha que merci. J'avais cet album, disque du mois MAGIC Mai 2012. Le joli mois de mai. Je l'avais pris les yeux fermés mais les oreilles aussi. Voilà que tu mes les ouvres.
    Ceci dit, cet album colle au mois de Novembre finalement.
    Au début, influencé par vos commentaires, j'ai failli aussi trouver l'album long. mais dès "Broken Mirrors" j'ai su, à la pourtant première écoute, que cela ne sera pas le cas. Comme pour la sonde Rosetta (actu quand tu nous tiens) on a l'impression que cet album est fait en cycles pour mieux nous relancer dans son espace.
    L'enchaînement "Broken Mirrors" "Candy" "The Eleventh Hour" est une splendeur.
    Marrant, le titre suivant: "Running From The Sun" comme pour appuyer cette image de voyage dans l'espace!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu décris bien la chose ... plus je l'écoute, moins je le trouve long ... du coup je comprends mieux "l'album du mois"!

      Supprimer
  6. Les deux premiers titres plutôt rock… après le rythme se fait plus pop/électro.
    J'ai écouté mais je ne suis pas emballé plus que ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me disais que peut-être la reprise de Neil Young?! :)

      Supprimer