lundi 15 septembre 2014

America!! America!!


Dan Deacon: America (2012)

Il en va des frontières en musique comme dans la vie, ce ne sont que "barrières" artificielles qui ne correspondent plus à grand-chose aujourd'hui... Dan Deacon en est la preuve.

Artiste prolifique mais que je ne connaissais pas avant cet album, découvert chez Magic, et intriguée par cette électro un peu foutraque de nerd (c'étaient à peu près leurs mots).... je me suis demandé de quoi ils parlaient et je me suis demandé ce que c'était que ce truc quand je l'ai écouté la première fois...

C'est barré, mais gentiment, ça donne un peu l'impression d'être n'importe quoi mais une fois que les neuf titres sont finis, je le remets invariablement ...
L'album est en deux parties, cinq titres entre électro et punk (pour la furie) avec un doux instrumental entre les deux et les quatre derniers morceaux sous le titre "America" formant une suite pleine d'envolées vocales et de rythmiques toujours électroniques, striées de guitares noisy (mais sont-ce vraiment des guitares?) et de percussions, évoquant Tortoise ou Steve Reich...

Et la pochette est très jolie...




6 commentaires:

  1. Dan Deacon, un artiste sacrément barré....et doué !! Je l'avais découvert avec son LP "Spiderman of the Rings" (2007), album électro/Techno acid, cartoonesque, déjanté et lo-fi. Ses prestations live sont énoooooorme. A voir absolument.
    J'avais beaucoup entendu parlé de "America", considéré comme son grand oeuvre.
    Je vais l'écouter en détail. Merci.
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore eu l'occasion d'écouter ses autres albums...j'ai lu aussi qu'en live c'était...à voir!
      Merci de ton passage...

      Supprimer
  2. Haaaaaaaaaaaaaaaarrrrrrgggggggggggggghhhhhhhhhhhh
    Tu viens de briser mon cérémonial MAGIC. Je suis les nouveautés avec deux ans de retard. Et donc je suis sur le MAGIC de septembre 2012. Avec la tête de Lou Daho.
    Et c'est la dedans que le disque est chroniqué. Seulement je ne l'avais pas vu, car...
    c'est la mon TOC: je ne lis et prends que les 4 points noirs.
    Or j'écoute Deacon. À cause de toi. Et j'aime déjà les deux premiers titres. Ta faute.
    Quoi? Je devrai te remercier? Tu sais ce que tu viens de déclencher? Le regret de ne pas m'être attardé sur les albums à 3 points noirs. Des années de constructions intellectuelles qui s'écroulent.
    Effectivement et le ur point de vue et le fait que tu me pousses l'album, vous donnent raisons. Il y a la dedans une clameur qui me fait penser à un mélange des grads moments de Todd Rundgreen et des groupes pop choraux (The Polyphonic Spree). La touche électronique et ses rivages dans les genres musicaux.
    Bien entendu que je t'en veux... C'est super.
    J'ai décidé ne prendre que les 4 points noirs de MAGIC SAUF si tu m'envoies un autre :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et la pochette? Hum. Non. Elle est angoissante. Un paysage Iradié photographié près de Tchernobyl?

      Supprimer
    2. Rhoo! Moi je l'aime bien cette pochette!!!
      Et pour Magic, hey j'ai trouvé quelqu'un de plus en retard que moi!!!! :)
      Eh bien tu sais quoi? Tu as tort de ne t'arrêter qu'aux 4 points noirs, ça fait longtemps que je me méfie d'eux et que je trouve que souvent, leurs 3 points noirs sont sous-estimés....et là tu m'envoies un défi!!! J'essayerai de t'en trouver un autre!!!! :)

      Supprimer
  3. ... mes deux ans de retard sont volontaire, je lis et vais chercher en médiathèque les 4 points si le coeur m'en dit, deux ans ça permet d'avoir les CD de disponible. et puis 2012, c'est branché. Et je crois que ça m'amuse de lire les articles avec ce recul.

    RépondreSupprimer