vendredi 11 juillet 2014

Self-portrait


Aphex Twin: I care because you do (1995)

Un album qui a presque 20 ans (déjà...) mais qui, pour moi, n'a pas subi les outrages du temps... et bien que j'ai pu écouter d'autres choses depuis, d'autres sons, Richard D. James reste à part, loin des autres...

1995, l'année où j'ai enfin pu trouver de la musique electro par chez moi, et pas seulement chez mon disquaire...

La pochette, toujours aussi flippante, avec cet air de cinglé, qui reflétait la musique à l'intérieur pour bon nombre de personnes (si si, je vous assure)... 
Pourtant c'est un album très abordable par rapport à ce qu'il avait pu sortir avant,  parce que très diversifié, et très mélodique, avec des moments un peu plus "hard" mais avec toujours un petit quelque chose à quoi se raccrocher... C'est d'ailleurs avec ce disque qu'il est devenu (plus) connu..

C'est un assemblage de morceaux d'années différentes mais j'ai toujours trouvé qu'ils formaient un beau tout... 
La première écoute a été une grande expérience, tellement de choses, de sons, de couches sonores, de rythmes, et bien que je le connaisse par coeur (ou presque), je ne m'en suis jamais lassé...



14 commentaires:

  1. Cette pochette m'a toujours fascinée mais je n'ai jamais plongée et je ne pourrais pas te dire pourquoi vraiment. Il y avait toujours quelque chose de mieux à écouter. Je vais m'y mettre. Tu me rend curieuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je te l'envoie alors...et pour la pochette, elle est du genre qui hante l'esprit, le mien en tout cas...;)

      Supprimer
    2. J'ai toujours pas écouté. Je suis dissidente et éparpillée ces temps-ci. Désolée pour le délai.

      Supprimer
    3. Ben c'est pas grave, je sais ce que c'est... il sera là quand tu auras le temps/l'envie...;)

      Supprimer
  2. Un classique ! :) J'ai été surpris à l'époque de la découverte par ce côté mélodique et mélancolique, tout en ambian(t)ces (merci Eno?). En abordant AFX, Autechre ou même Nine Inch Nails, je ne m'attendais pas à des morceaux de la sorte, ni même aux parties de piano très Satie de Drunkqs. Aphex Twin est bien plus qu'un bidouilleur ou un technicien, il a une âme d'artiste, une sensibilité qui parfois s'efface un peu trop en électronique (même si parfois volontairement pour déshumaniser la musique).

    Ceci dit, ces derniers jours je suis bloqué dans un trip pop US (Four Seasons, Sinatra...), country (Hank Williams surtout), blues et électro française (de Roubaix, Tellier...). Un peu loin d'Aphex donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai, un classique!!
      Par contre, comme tu le cites, je n'ai (toujours) pas réussi à "pénétrer" Nine Inch Nails, mais bon c'est pas très grave ça...;)
      Merci de ton avis, bien que tu sois dans un autre univers...:)

      Supprimer
  3. C'est pas mon Aphex Twin préféré, mais tu me donnes envie d'y revenir. Je préfère le Richard D. James Album, plus foutraque à mon sens (ce qui est une qualité quand c'est aussi bien réussi).
    Pour NIN, si tu ne l'as pas essayé, peut-être The Fragile constituera-t-il une bonne porte d'entrée.
    Ou si tu arrives à trouver son EP Still (tout au piano, voire quelques cordes), somptueux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si j'ai un Aphex Twin préféré (ils le sont tous plus ou moins!) et le "Richard D. James" est splendide...;)
      Merci pour NIN, j'ai tenté d'écouter cette semaine un album... "spiral..." quelque chose mais bon, j'ai pas trouvé ça terrible...je tenterai ce que tu me dis...

      Supprimer
    2. Haha The Downward Spiral est mon NIN préféré de très très très loin ^^

      Supprimer
    3. Mais il faut du temps pour l'apprivoiser ceci dit.

      Supprimer
    4. The Downward Spiral, souvent celui que les fans de NIN préfèrent. Ses deux gros sommets discographiques sont à mon sens celui-ci (1994) et The Fragile (1999), auxquels j'ajouterai With Teeth (2005).
      Ce que NIN fait depuis 2010 je crois (enfin depuis The Slip) ne me plaît guère, ça me semble très dispensable.
      Tout l'inverse des BOs qu'il signe depuis lors sous son propre nom (Trent Reznor) aux côtés d'Atticus Ross pour le compte, bien souvent, de Fincher (The Girl With Dragon Tattoo et The Social Network), en plus, bien sûr, de l'excellent Ghosts I-IV instrumental et très cinématographique.
      Bref, y a de quoi se perdre dans sa disco, ça m'étonnerait que rien ne t'y plaise.

      Supprimer
    5. Oh ben Alex, le moment n'était peut-être pas bien choisi, j'y retournerai, je n'aime pas passer à côté de grands disques... et El Norton, j'ai emprunté la BO de Millenium il y a quelques semaines à la bibliothèque mais pas encore écouté...

      Supprimer
  4. Le cas Richard D. James dit Aphex Twin (ou AFX), un monument de l'Electronic en mode expérimental. Cet album (que je ne possédais pas, merci) est, comme tu le dis si bien, très abordable par rapport à beaucoup d'autres....et ce malgré une pochette "bizarre" mais belle.
    Sa musique me renvoi aux 90's, à la naissance de l'Electonica/IDM/Break-Beat....Warp, Wall Of Sound, Ninja Tunes & Co....
    D'après tes récents posts, tu me sembles être une passionnée de ce style.
    Comme toi, j'ai aussi galéré à l'époque pour trouver ces albums, ce style musical n'étant pas très bien distribué (et pas d'internet)...Et NIN, il faut que je tente réellement un jour !!!
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais "passionnée" dans les 90s oui, surtout par tout ce qui tournait autour de Warp...aujourd'hui beaucoup moins parce que je ne suis plus très au courant de ce qui se passe (ou pas) en electro... mais j'ai adoré cette période...:)

      Supprimer