mercredi 30 juillet 2014

L' île au chêne


Nightlands: Oak Island (2013)

Une envie de musique pop, mais pas d'idée.... j'ai laissé le disque multimédia faire pour moi... il m'a proposé ce disque dont je ne connaissais pas l'existence (pourtant c'est bien moi qui l'y ai mis...) et je me suis laissé tenter... depuis il tourne en boucle...

Comme beaucoup de ces jeunes artistes des années 2000, Nightlands propose une musique qui semble brasser toutes ses influences, une sorte de melting-pop avec voix, guitares, trompette, .... noyées sous la réverbération. 
Les guitares sont cristallines, les choeurs sont comme je les aime, le tout est assez éthéré avec quelques chansons plus pop comme "Born to love" ou "I fell in love with a feeling" et même un morceau d'influence afro-funk " Rolling down the hill".

Une belle découverte...





samedi 19 juillet 2014

Sept nuances...


J. Mascis: Several shades of why (2011)

Une très belle surprise que ce premier album de J. Mascis, le leader du groupe Dinosaur Jr. .... groupe que je n'avais jamais écouté jusqu'à il y a quelques années... en pleine "vague grunge", je n'écoutais que Nirvana et un peu d'Alice In Chains et puis après j'ai écouté autre chose... tout ça pour dire que je n'avais aucun avis ou à-priori... je crois même que j'ai emprunté ce disque à cause de sa pochette, très jolie...

Une voix fatiguée et traînante, pleine de mélancolie, pas toujours très assurée mais touchante pour dix titres plutôt acoustiques, qui prennent leur temps, avec quelques apparitions de cordes et de flûte, et quelques réminiscences Neil Youngiennes, comme sur "Can I"...

Tout cela m'évoque simplicité et modestie... 



vendredi 11 juillet 2014

Self-portrait


Aphex Twin: I care because you do (1995)

Un album qui a presque 20 ans (déjà...) mais qui, pour moi, n'a pas subi les outrages du temps... et bien que j'ai pu écouter d'autres choses depuis, d'autres sons, Richard D. James reste à part, loin des autres...

1995, l'année où j'ai enfin pu trouver de la musique electro par chez moi, et pas seulement chez mon disquaire...

La pochette, toujours aussi flippante, avec cet air de cinglé, qui reflétait la musique à l'intérieur pour bon nombre de personnes (si si, je vous assure)... 
Pourtant c'est un album très abordable par rapport à ce qu'il avait pu sortir avant,  parce que très diversifié, et très mélodique, avec des moments un peu plus "hard" mais avec toujours un petit quelque chose à quoi se raccrocher... C'est d'ailleurs avec ce disque qu'il est devenu (plus) connu..

C'est un assemblage de morceaux d'années différentes mais j'ai toujours trouvé qu'ils formaient un beau tout... 
La première écoute a été une grande expérience, tellement de choses, de sons, de couches sonores, de rythmes, et bien que je le connaisse par coeur (ou presque), je ne m'en suis jamais lassé...



jeudi 3 juillet 2014

Ah, le Brésil...



Wanda De Sah: Softly! (1965)

Il y a quelques années, mon frère m'a offert ce disque, totalement inconnu pour moi...une réédition (2004) de chez Rev-Ola, spécialisé dans les exhumations de pépites...

La pochette, très...vintage, au bleu intense, de la bossa sur 24 petites minutes, et des classiques (aujourd'hui...)... c'est du dépaysement et du bonheur assuré...

Les compositeurs sont entre autres: Joao Gilberto, Antonio Carlos Jobim, Baden Powell ou Vinicius De Moraes, pour les plus connus... 
Il est spécifié sur la pochette qu'elle aurait inspiré Sergio Mendes et son "Brazil '66" ... et toujours selon les notes: " Wanda made this beautiful, relaxing and erotic solo album..." ... tout est dit...