samedi 3 décembre 2016

Petite Boîte vs. BB

Afficher l'image d'origine


Benjamin Biolay : Palermo Hollywood (2016)

                               "Cher Benjamin Biolay,
Je me permets de m'adresser à vous ici pour vous faire part de mon irritation grandissante envers une pratique dont vous êtes la dernière incarnation en date, et malheureusement vous n'êtes pas le seul...
Je veux parler bien sûr de cette nouvelle manie de ressortir un album (vieux) de six mois avec moult inédits et documentaire DVD (parfois), en appelant ça réédition comme si on parlait d'un album datant de 10, 20, ...ans...
C'est faire peu de cas de vos acheteurs potentiels (sans parler de vos fans), mais peut-être ne vous est-il pas venu à l'esprit que ceux qui osent encore acheter des disques, et ce dès leur sortie, le font par attachement à votre musique et auraient sans doute été ravis d'avoir ces quelques inédits à se mettre sous la dent... parce que vous ne croyez quand même pas que les détenteurs de "Palermo Hollywood" 1ère version vont aller jusqu'à racheter cette réédition, si ?
En tout cas ce ne sera pas mon cas, je me contenterai d'obtenir les titres qui me manquent par d'autres moyens....
                             Bien à vous,
                                          C."

Ce splendide disque est le plus bel album de chanson française que j'aurai écouté cette année, sans trop de surprise puisque je considère toujours Biolay largement au-dessus du lot...
La beauté se niche dans les détails: une partie de cordes, une ligne de trompette aérienne, les voix (espagnoles et lyriques entre autres), l'hétérogénéité des rythmes qui fait qu'on ne sait jamais sur quoi on va tomber d'un titre à l'autre, le bandonéon et ces harmonies "Biolayiennes" si reconnaissables...



mercredi 23 novembre 2016

Autoportrait

Afficher l'image d'origine


Vincent Delerm : A présent (2016)

Cette année j'aurai peu acheté d'albums français et le dernier en date, celui-ci, fait indéniablement parti de ce que j'aurai écouté de plus beau, avec le dernier Biolay bien sûr...

La superbe pochette renferme peut-être ce qu'il a écrit de mieux... depuis "Les amants parallèles", la musique de Vincent Delerm a pris une autre dimension, qui m'émeut... tout est plus intense, et là c'est la même chose avec plus d'ampleur puisque l'orchestration est plus fournie que juste du piano, on y retrouve le même son (mêmes producteurs-arrangeurs)  avec des cordes et des cuivres ...
La belle surprise se trouve au milieu de l'album, ce très beau duo avec Benjamin Biolay, qui rapproche plus qu'on ne pouvait le penser leurs deux univers...
"Je ne veux pas mourir ce soir" et "La dernière fois que je t'ai vu" sont sans doute les titres que je préfère, s'il fallait choisir... parce qu'étrangement ses plus belles mélodies se nichent dans les deux instrumentaux "Un été" et "Etes-vous heureux" (sur un enregistrement de 1961 savoureux...)....

J'apprécie la chanson de Delerm depuis le début, cette drôlerie toujours fine sur une musique aux relents pop... aujourd'hui c'est moins drôle et tant mieux... nous changeons tous...



mercredi 9 novembre 2016

Du Soleil Levant...

Résultat d’images pour necronomidol nemesis


Necronomidol : Nemesis (2016)


Le Japon... un monde si dépaysant pour moi.. j'ai toujours eu un truc avec le Japon, que ce soit en ce qui concerne le cinéma ou la musique, pour le peu que j'en connaisse...je ne suis pas une spécialiste et longtemps ma (presque) seule référence a été Sakamoto, c'est pour dire...

C'était avant que je découvre un chouette petit label du coin qui a sorti pas mal d'albums en provenance de ce lointain pays (en fait ça fait le 4e disque  de cette vénérable maison que je propose ici...) ...dont celui-ci...

J'aurais bien du mal à le décrire, j'ai rarement entendu un tel fourre-tout, entre synth-pop, gros rock qui lorgne un peu vers le metal (à ce qu'il parait) et J-pop, des tempi qui changent tout le temps, comme les ambiances... il n'y a que les voix qui restent constantes... pour un résultat qui dépote...

Et je n'oublierai pas de signaler la magnifique pochette signée d'un maître du manga d'horreur, Suehiro Maruo, sans doute la plus belle que je possède désormais, pour une musique également à part dans ma discothèque...






mardi 25 octobre 2016

Toujours plus noir...

Résultat d’images pour loth specific recordings


Loth : Loth (2016)

Je commencerai en disant que la magnifique pochette a été un élément important dans l'acquisition de cette galette... parce qu'il s'agit de black metal et ça n'est pas un style que j'apprécie outre mesure... d'ailleurs lorsque je l'ai écouté la première fois, et ça commençait très bien, j'ai arrêté dès que j'ai entendu la voix... Le disque étant sorti sur un petit label que j'apprécie beaucoup, j'ai voulu lui donner une seconde chance... bien m'en a pris....
Il a fallu que je fasse fi de la voix dans un premier temps pour voir ce qu'il en était côté musique, parce que comme je l'ai dit plus haut, l'intro de "Nemesis Mundane", le premier morceau, tout en acoustique ne peut que plaire... c'est après que ça se "gâte", mais derrière ce rideau de guitares j'y ai trouvé de la mélodie, ou quelque chose qui me parle en tout cas...
Il n'y a que quatre titres sur cet album, mais ils sont suffisamment longs pour que l'on puisse pénétrer cet univers, sombre... mais pas que... les passages acoustiques (rares) paraissent lumineux et apaisants avant le déluge...
La grande réussite de "Loth" est sans doute le dernier morceau, cet "In resistance" qui commence de la plus belle des façons sur quelques minutes... et se termine de même sur des nappes atmosphériques noyées dans les guitares on ne peut plus noisy qui donne une certaine profondeur à l'ensemble...
Je ne cesse d'y revenir, j'en suis évidemment la première surprise...

Voilà, je possède un disque de black metal...

https://www.youtube.com/watch?v=cSi_TmHSw68

samedi 15 octobre 2016

Trouble mortel

Résultat d’images pour this mortal coil


This Mortal Coil : Filigree And Shadow (1986)

Le son d'un label sur un disque aux multiples intervenants, et pas n'importe lequel, 4AD... à l'identité sonore (et visuelle) très prononcée et donc très reconnaissable...

Composé de reprises et d'originaux, par Simon Raymonde (Cocteau Twins) et d'autres, ce double album m'a permis de découvrir d'autres voix de ce label que je ne connaissais qu'à travers les Pixies et les Cocteau Twins...
Le son est bien d'époque, synthétique à souhait,avec un très léger côté "dark", qui s'est un peu perdu aujourd'hui (je trouve...)... mais que j'apprécie toujours de retrouver...
Deuxième disque du supergroupe maison, les réussites que sont "Tarantula", "Morning Glory", "Strength of strings" ou "I want to live", entre autres, font encore leur petit effet, pile 30 ans après...

Je dois ce petit retour en arrière à El Norton qui m'a donné envie de replonger dans cette époque suite à sa mise en avant de The Sound que je ne connaissais pas...


 

samedi 8 octobre 2016

Une libération...

Résultat d’images pour the divine comedy libération


The Divine Comedy: Liberation (1993)

La même année, je découvre Dominique A et The Divine Comedy, grâce à France Inter (chez Bernard Lenoir), et je les verrai d'ailleurs tous les deux en concert le même soir, dans un vieux cinéma d'à peine 50 places... c'est la seule fois où je pourrai approcher Neil Hannon pour qu'il me signe l'affiche du concert (qui est la pochette (top!) de l'album en XXL), et je lui prendrai également un superbe picture-disc que je garde bien précieusement...

Mais avant ça il y eut la découverte de l'album, à travers la chanson "Europop" qui n'est pas vraiment représentative du style du grand Neil...
En 1993, après le grunge, après le rock, cette musique paraît complètement surréaliste, cette pop de chambre aux mélodies inoubliables me fait entrevoir autre chose d'un peu moins formaté, et l'utilisation d'instruments longtemps oubliés par la pop comme le clavecin, les cordes et quelques cuivres permettent une variété d'arrangements qui sort un peu des sentiers battus...
Je me souviens d'un critique qui avait dit que ce premier album était un peu comme un best of de tout ce dont était capable The Divine Comedy, vu la variété de styles représentée... il n'avait pas complètement tort puisque les albums suivants seront plus homogènes...

Et sur ce disque se trouve ce qui reste peut-être bien comme sa plus grande réussite, ou ma préférée tout du moins, la parfaite "Your Daddy's car"...






jeudi 29 septembre 2016

Eastern blues. ..





Jan Mörgenson: Jass, Raag & Blooz (2016)

Pas de tromperie sur la marchandise  (si je peux me permettre )...ou si peu. ..moi j'y entends surtout du folk bluesy ou alors du blues folky?...(je sais pas comment on dit)....

Entièrement instrumental,  fait de guitare en bois,  ces longs morceaux prennent leur temps et prônent une certaine repetitivite  (dans le bon sens du terme ) parfois. ..
Idéal à écouter le soir,  car après lui,  le silence. ..

Pas trouvé de vidéo de l'album. ..